vendredi 9 juillet 2021

Récit d'un voyage

En chemin avec le Mama Conchacala jusqu'au lac de Nakuayíndwa pour effectuer des "pagamentos" spirituels.

PAGAMENTOS : Offrandes, cérémonies ou pratiques traditionnelles exécutés dans et vers des espaces et/ou des sites sacrés, en tant que rétribution spirituelle à la nature pour l'usage que nous faisons de ses éléments. Les "pagamentos" garantissent l'équilibre naturel et le bien-être social, à travers l’accomplissement de la Loi d’Origine.

ZHATUKUA : Connaissance et instrument au travers duquel les Mama effectuent une consultation spirituelle traditionnelle. Dans son expression physique, c'est un totumo avec de l'eau et une "tuma" (pierre de forme tubulaire). Le Mama se relie spirituellement à la Mère et, en plaçant la tuma dans le totumo rempli d'eau, pose une question par la pensée en observant les bulles qui sortent de l’orifice de la tuma. En fonction du mouvement qu'elles font, il interprète la réponse de La Mère.

Extrait du Glossaire du livre "SHIKWAKALA, El crujido de la Madre Tierra", 2018.

Consulta.jpg, _Jul 2021

Lire la suite...

Relato de un viaje

Caminando con el Mama Juan Conchacala hacia la laguna sagrada de Nakuayíndwa para hacer pagamentos espirituales.

PAGAMENTOS : Trabajos, ceremonias o procedimientos tradicionales que se realizan en y hacia los espacios y/o sitios sagrados, como retribución espiritual a la naturaleza por el uso que hacemos de sus elementos. Los pagamentos garantizan el equilibrio natural y el bienestar social, a través del cumplimiento de la Ley de Origen.

ZHATUKUA: Conocimiento e instrumento a través del cual los Mama realizan el procedimiento ancestral para hacer la consulta tradicional. En su expresión física, es un totumo con agua y una tuma (piedra tubular de la época de Tayronas). El Mama se conecta “en Aluna” (en Espíritu) al principio de La Madre y, depositando la tuma en el totumo lleno de agua, le pregunta observando las burbujas que salen del orificio de la tuma. De acuerdo al movimiento que hacen, se leen y esa es la respuesta de La Madre.

Extracto del Glosario del libro "SHIKWAKALA, El crujido de la madre Tierra", 2018.

Consulta.jpg, _Jul 2021

Lire la suite...

dimanche 21 février 2021

Langues et cultures

Aujourd'hui 21 février, jour de la célébration annuelle dans le monde entier de la langue maternelle, aussi appelée langue native. C'est celle que nous écoutons dans le berceau avant même de savoir parler. Ce jour-là en Colombie, nous fêtons également le jour national des langues natives en hommage à la parole ancestrale (1).

«Ce sont fondamentalement les femmes indigènes qui ont pris en charge génération après génération le rôle de préserver la langue native.» Ati Quigua (2)

Profitons alors de cette occasion pour partager avec vous l’avancement de notre projet d’ateliers de langue et culture Kogui pour «non-indiens», une aventure pour renverser les paradigmes !

Lire la suite...

Idiomas y culturas

Hoy 21 de febrero, día de la celebración anual mundial de la lengua materna, también conocida como lengua nativa. Es la misma que escuchamos en la cuna antes de saber hablar. En este día en Colombia, también celebramos el día nacional de las lenguas nativas en homenaje a la palabra ancestral (1).

Es la mujer indígena fundamentalmente quien se ha encargado generación tras generación de conservar el idioma nativo.” Ati Quigua (2)

Aprovechemos esta oportunidad para compartir con ustedes el avance de nuestro proyecto de talleres de idioma y cultura Kogui para “no-indígenas”, ¡una aventura para revertir paradigmas!

Lire la suite...

mardi 8 décembre 2020

Divulgando en tiempo de cuarentena (Parler et écrire en temps de quarantaine)

¡Todo se conecta! Llegando esta época de confinamientos por la pandemia que vivimos, la asociación española Ecotono generó un maravilloso espacio llamado "Fuego de Campamento" que consistió en invitar a diferentes personas a exponer virtualmente relatos que tuvieran que ver con la naturaleza, de esta forma La Semilla por medio de nuestra vocera Paola Rodríguez (presidente de La Semilla España y bióloga) participó con una charla llamada: Koguis (Kaggabba): Los hijos del Jaguar y su importancia en la conservación del corazón del mundo la Sierra Nevada de Santa Marta, Colombia, la cual pueden ver en este link. Fue una gran participación y como toda semilla que se planta, esta charla dio un primer fruto: fuimos contactados por la revista Española de divulgación del patrimonio natural y cultural de América "Americana". Como segundo fruto de esta cosecha, nuestro presidente Stéphane Labarthe, nuevamente junto a Paola Rodríguez fueron invitados para escribir un articulo sobre la Sierra y uno de sus habitantes los Koguis. El articulo divulgativo se titula: Los Koguis y su importancia en la conservación del Corazón del Mundo, la Sierra Nevada de Santa Marta, Colombia. Lo pueden leer o descargar aquí:

Miniatura Americana.png, Dec 2020

La revista completa se puede descargar aquí..

La traducción en francés de este artículo (realizada por Mathilde Manifacier) se encuentra ingresando en el recuadro que aparece más abajo. Esperamos que disfruten tanto del relato como del articulo. ¡Felices fiestas!


Tout est connecté ! Au début de cette époque de confinements, l'association espagnole Ecotono a ouvert un merveilleux espace appelé Fuego de campamento ("Feu de camps") qui a consisté à inviter différentes personnes pour présenter virtuellement des récits en lien avec la nature. De cette manière, La Semilla par l'intermédiaire de notre porte-parole Paola Rodriguéz (présidente de La Semilla España et diplômée en biologie et conservation), a participé à une présentation suivie d'un échange sous le titre "Koguis (Kaggaba): Les fils du jaguar et leur importance dans la conservation du cœur du monde, la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie". On peut la voir sur ce lien. Elle a reçu une participation importante et en bonne graine semée elle a donné un premier fruit : nous avons été contacté par une publication espagnole sur le patrimoine naturel et culturel d'Amérique "Americana". Comme second fruit de cette récolte, notre président Stéphane Labarthe et Paola Rodriguez ont été invités à écrire un article sur la Sierra et certains de ces habitants, les indiens Koguis. Cet article, écrit initialement en espagnol puis traduit en français par Mathilde Manifacier, s'intitule . "Les Koguis et leur importance dans la conservation du cœur du Monde, la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie". Vous pouvez le lire et le télécharger ici :

Miniature Article Americana.png, Dec 2020

Nous espérons que vous profiterez pleinement de cette présentation et de cet article. Passez de bonnes fêtes de fin d'année !

samedi 28 novembre 2020

La Semilla chez Kokopelli (La Semilla en Kokopelli)

Les graines suivent leur rythme pour rompre leur enveloppe externe "au moment juste", germiner puis commencer un long chemin de croissance. Cela fait déjà un an et demi que nous avons rendu visite à l'association Kokopelli, qui nous soutient dans un de nos projets à travers son programme "Semences sans frontières" et gère la plus grande banque européenne de semences libres et reproductibles, avec de nombreuses variétés anciennes, presque 600 pour les seules tomates ! Rencontre à l'été 2019 entre La Semilla (Yuli Pelaez et moi-même) et Kokopelli au siège de l'association, échanges et interview, dans le petit village du Mas d'Azil, dans le Sud-Est de la France, terre de montagnes, de dolmens, de grottes préhistoriques et de projets alternatifs... (*) Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous présenter un bel article publié par Kokopelli dans sa revue d'automne. Il présente à la fois le travail de La Semilla auprès de communautés d'indiens Koguis et un projet voisin mené par Bérengère Bériau auprès de communautés d'indiens arhuacos, également dans la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie.

Kokopelli-FR.png, Nov 2020

Las semillas siguen su ritmo para romper su cascaron "en el momento justo", germinar y entonces empezar un largo camino de crecimiento. Hace un año y medio, visitamos a la fundación Kokopelli, que nos apoya en uno de nuestros proyectos a través de su programa Semilla sin fronteras. Esta ONG gestiona el banco de semillas libres y reproducibles mas grande de Europa, con numerosas variedades de semillas ancestrales, casi 600 sólo para los tomates .... Encuentro que se realizó durante el verano del 2019 entre La Semilla (Yuli Pelaez y yo) y Kokopelli, en la sede de la fundación: charlas y entrevistas, en el pueblito "Le Mas d'Azil", en el Sur-Este de Francia, tierra de montañas, de dolmens de cuevas prehistoricas y también de proyectos alternativos... (**) Hoy tenemos el placer de presentarles un lindo artículo publicado por Kopkopelli en su revista de otoño. Presenta a la vez el trabajo de La Semilla con las comunidades indígenas Kogis y un proyecto cercano implementado por Bérangère Bériau con y para las comunidades indígenas arhuacas, también ubicadas en la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombia.

Kokopelli-ES.png, Nov 2020

NB: La traduction de l'article de Kokopelli en espagnol a été réalisée par Mathilde Manifacier. / La traducción del artículo de Kokopelli al español fue realizada por Mathilde Manifacier.

(*) Il intéressant de constater que ce tout petit village du Mas d'Azil (à peine un peu plus de 1000 habitants) héberge non seulement le siège de l'association Kokopelli mais aussi des fermes et vergers bios ou même un stage international d'aïkido.

(**) Es interesante darse cuenta que este pueblo tan chiquito ( a penas un poco más de 1000 habitantes) no solo alberga la sede de Kokopelli sino también diversos proyectos de agricultura orgánica e incluso un seminario internacional de aïkido.

samedi 10 octobre 2020

Cartes postales de la Sierra / Postales de la Sierra

Parfois quelques photos valent mieux qu'un long discours...

Nous avons voulu vous partager ici quelques photos de la Sierra Nevada de Santa Marta et des peuples premiers qui l'habitent encore et toujours. Elles sont accompagnées à chaque fois d'une courte parole de leurs sages. (1)

A veces algunas fotografías hablan más que un largo discurso....

Quisimos compartirles algunas fotos nuestras de la Sierra Nevada de Santa Marta y de los pueblos ancestrales que todavía viven en su seno. La fotos vienen con palabras de sus sabias y sabios(1).

Agua.jpeg, Oct 2020

Comment peut-on imaginer vivre sans eau dans le futur ? Nous, nous savons encore comment prendre soin du père et de la mère spirituels de l'eau.

¿Cómo se supone que vamos a vivir sin agua en el futuro? Nosotros todavía sabemos cómo cuidar al padre y a la madre espirituales del agua.

Mama Juan Conchacala (Kogui)


Arbol.jpeg, Oct 2020

Maria Luisa.jpg, Oct 2020

La vieillesse est le moment où la force physique se transforme en force spirituelle.

La vejez es el momento cuando la fuerza física se transforma en fuerza espiritual.

Mama Juan Conchacala (Kogui)


mujeres_bailando.jpg, Oct 2020

Lorsque nous chantons, nous pouvons être entendues en tout lieu. C'est comme quand le petit frère passe un appel avec un téléphone portable.

Cuando cantamos, somos escuchadas en todas partes. Es cómo cuando el hermano menor llama por celular.

Saga María De la Cruz Nakogui (Wiwa) (2)


Techo.jpeg, Oct 2020

Quand les araignées ("Malkwa") font leur toile sur l'eau, cela signifie que que nous devons donner de la force à leur sagesse, puisque dans ce tissage, est représentée toute la construction de l'Univers.

Cuando las arañas ("Malkwa") hacen su telaraña encima del agua, significa que debemos darle fuerza a su sabiduría, ya que en ese tejido se representa toda la construcción del Universo.

NOTES ET RÉFÉRENCES / NOTAS Y REFERENCIAS:

(1) Chez les Koguis et les Wiwas les sages ou autorités spirituelles ont un rôle fondamental dans la société. Il y a les "mamas" ou "mamos" (litt. "soleil") qui sont les autorités spirituelles masculines et les "sagas" ou "saxa" (litt. lune) qui sont les autorités spirituelles féminines.

Para los pueblos Kogui y Wiwa, los sabios y sabias, o autoridades espirituales tienen un papel fundamental en la sociedad. Hay los "mamas" o "mamos" (literalmente "sol") que son las autoridades espirituales masculinas y las "sagas" o "saxas" (literalmente "luna") que son las autoridades espirituales femeninas.

(2) Película/film "Siziwa", Rafael Roberto Mojica Gil

(3) Livre / Libro "Shikwakala", p 63.

LICENCE / LICENCIA : Les photos suivantes ont été prises par LA SEMILLA avec l'autorisation des communautés concernées. Comme pour toutes nos autres publications sur ce Blog ou sur notre site web, il n'y a pas de copyright sur ce texte ni sur ces images, seulement une licence libre "Creative Commons Attribution - Pas d'utilisation commerciale"". Ceci signifie qu'une ré-utilisation et une reproduction des contenus de ce site sont possibles en mentionnant la source et qu'une utilisation commerciale n'est possible qu'avec notre autorisation.

La siguientes fotografías fueron tomadas por LA SEMILLA con la autorización de las comunidades indígenas, igual que para las otras publicaciones de este Blog o de nuestro sitio web, no hay copyright en los textos o imágenes. Sólo una licencia libre "Creative Commons Reconocimiento-NoComercial" ". Esto significa que se pueden usar y reproducir mientras se mencione la fuente y que un uso comercial de estos contenidos sólo es posible con nuestra autorización.

dimanche 12 avril 2020

Regarder au loin...

Regarder au loin quand nous sommes confinés dans un petit appartement de ville ou même une grande maison de campagne, dans un contexte où les certitudes sur l'avenir semblent voler en éclat. Regarder au loin quand nous nous sentons prisonniers de l'espace et du moment présent. Regarder au loin quand le médiatique et le politique nous servent une parole de peur. Cela paraît bien difficile. Et pourtant....

De la remise en question aux nouveaux horizons

Mama_Awimaku.jpg

Mama Awimaku: "J'ai ce message pour tes frères français: dis leur de mettre de l'ordre dans leurs pensées, leurs paroles et leurs actions. Dis leur aussi de se mettre en méditation spirituelle."

Et pourtant, n'est-ce pas le moment où jamais ? Peut-être même une opportunité salutaire... Alors que les engrenages de nos sociétés modernes se sont trouvés bloqués par un grain de sable d'un dix millième de millimètre, alors que la résilience supposée fait place aux effondrements probables, alors que nous avons pour certains enfin un peu de temps et d'espace pour une réflexion retrouvée, n'est-ce pas le moment où jamais de remettre en question beaucoup de nos dogmes dans les domaines de l'environnement et de la santé évidemment, mais aussi de l'éducation, de l'économie, du partage... Car tout est lié, interdépendant dans nos systèmes devenus hypercomplexes. Ainsi, nous apprenons que la réduction de la bio-diversité et la déforestation favorisent l'émergence de nouveaux virus et bactéries (1) et que les conséquences d'une agro-industrie devenue polluante pour le sol et nos corps est la multiplication des maladies chroniques qui nous affaiblissent face à ces nouvelles épidémies. Les choses sont plus complexes que ce que nous pourrions penser et en même temps, elles sont peut-être très simples aussi. Et s'il s'agissait en effet de revenir à des choses tout bonnement naturelles, dans notre relation à nous-mêmes, aux autres, à la nature, à notre alimentation et à notre santé. Le 4 avril, des représentants du peuple Arhuaco ont transmis un message, disponible en espagnol ici (Mensaje_de_los_Mamos_Arhuacos.pdf ), et dont voici un extrait traduit en français :

L'humanité en général, nous avons détruit la Terre. Nous sommes arrivés à une limite où notre Mère (la Terre) est déjà fatiguée. Et elle nous dit : "Reste une minute en silence pour m'écouter." Si nous ne nous réconcilions pas avec notre Mère et notre Père, si nous n'arrivons pas à être solidaires, plus humains, avec notre environnement, avec notre pays, avec notre famille, avec nos amis, nous ne pouvons pas attendre un monde meilleur.




Que peuvent nous apprendre les Koguis et les peuples premiers ?

Pourquoi nous tourner vers des peuples aussi lointains dans le temps et dans l'espace ? Que peuvent-ils nous apprendre pour gérer ces nouvelles crises, nous qui avons à notre disposition toute la médecine moderne, les réseaux informatiques, les satellites d'observation et les microscopes électroniques ? Et bien peut- être un retour à l'essentiel... Si les peuples premiers de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie (Koguis, Wiwas, Arhuacos et Kankuamos) ont su traverser la conquête espagnole, les épidémies utilisées comme une arme, 60 ans de guerre civile en Colombie, les violences environnementales occasionnées par les "méga projets" de nos multinationales, etc., c'est qu'ils ont incarné et vécu cette résilience dont on nous parle tant. Sans sacrifier leur pacifisme, en s’efforçant de conserver leur intégrité culturelle, leur relation organique à la nature et en continuant d'appliquer leurs principes spirituels. Leur connaissance de l'homme et de la nature est probablement infiniment plus ample, profonde et subtile de ce que beaucoup peuvent imaginer. Mais comment parler de cette sagesse venue de loin, de l'autre côté de l'Océan, du détroit de Panama ou même à Bogotá ? Récemment, j'ai laissé un message à un ami "mamá" (autorité spirituelle) du peuple Wiwa, au sujet de ce qui commençait alors. Il m'a indiqué une recette à base de plantes pour fortifier mon corps.

Decoction_Bira-bira_et_hariya.jpeg

              Décoction de "bira bira" et de "jarilla"

Puis il m'a simplement dit (*) : "Prend soin de tes pensées, protège-les du stress, de la peur et de la tristesse. Fait très attention à tes pensées.". Cela semble tellement simple. Presque tous les courants philosophiques, psychologiques et spirituels disent la même chose. Pourtant, le mettre en œuvre, c'est une autre paire de manches... La représentante du peuple "wiwa" allait même au-delà en appelant, dans un communiqué récent, à ne plus nommer la maladie pour ne pas lui donner de la force ou l'attirer (2)... Ici, nos médias et nos dirigeants politiques font tout l'inverse, et donnent l'impression au contraire de cultiver minutieusement la peur. Sont-ils conscients que c'est un poison qu'ils répandent qui salit nos pensées et nos émotions et affaiblit même nos défenses immunitaires ? Nous reste-il encore un peu de sagesse ?... Peu après, j'échangeais des messages avec Miguel, ami Kogui et vice-président de notre association colombienne, alors qu'il revenait d'un voyage sur plusieurs sites sacrés de la Sierra Nevada où s'étaient réunis de nombreux mamás qui avaient longuement médités sur la situation que traverse actuellement notre planète. Il me dit que les mamas de la Sierra s'efforcent de faire un travail de ré-équilibrage spirituel pour payer notre dette à la Nature mais que seuls, ils n'y arrivent plus, ils ont besoin que "le petit frère" comprenne, reconstruise au lieu de détruire, prenne soin des sites sacrés (***).

Écouter pour changer, retrouver une hygiène intérieure, de ses pensées (**), et une hygiène extérieure face aux autres et à la nature, coopérer car nous sommes tous interdépendants...

De la terre, des graines et des mots

Pour terminer ce billet, je souhaitais aussi porter nos regards, au-delà du confinement et de nos fenêtres, sur un autre lointain, vers nos actions récentes dans la Sierra, juste des cartes postales du terrain (nous reviendrons plus en détail sur ces projets prochainement).

Tout d'abord, notre projet récent sur lequel nous travaillons avec Yuli Pelaéz, spécialiste des graines et de l'agro-écologie (membre de notre association et de Entre Ríos) et en partenariat avec l'association Kokopelli (3). Il se prolonge aujourd'hui avec la co-création (avec les Koguis) d'un jardin expérimental, dans une zone basse de la Sierra (peu après l'entrée dans le "resguardo Kogui"). Avec des légumes et des plantes aromatiques :

Jardin_1.jpeg

Nous continuons également un projet pilote d'ateliers de langue et culture Kogui, à Minca. Le troisième atelier a eu lieu récemment, le 1er mars. L'enthousiasme des participants semble grandir. Notre professeur de Kogui, Miguel, heureux et surpris d'inverser les rôles et d'enseigner sa langue - qu'il considère comme l'aspect le plus important de sa culture - à des "non indiens":

Taller_Idioma_Kogui.jpg

Enfin, nous profitons de cette période désormais confinée aussi en Colombie, pour chercher à présenter à des financeurs ces deux projets ainsi que celui de l'achat d'un terrain pour l'établissement d'un centre de repos et d'échange culturel au bénéfice des Koguis de la zone de Río Ancho. Les Koguis qui descendent des 11 villages suivant la rivière de "Rio Ancho" sont en effet aujourd'hui contraints de rester dans une "maison indigène" qui leur est mise à disposition mais n'est pas adaptée à leur culture, se trouve dans un état de délabrement indigne et se situe en plein village exposé au bruit et aux pollutions diverses.

Même confinés, continuons donc à semer !

NOTES ET RÉFÉRENCES

(*) Les peuples premiers de la Sierra parlent de "consuta espiritual".

(**) Sur la question de comment soigner ses pensées ? Le mamá Awimaku me disait récemment :"Respire, profondément pendant une heure. Si tu n'as pas le temps, respire simplement 18 fois." Le mamá Juan Conchacala - formé pendant 25 ans dont 15 dans l'obscurité des grottes de la Sierra - nous disait la même chose : "Le premier pas du chemin, c'est la respiration...". Mon maître d'aïkido me disait la même chose à Paris: la respiration. Ça tombe bien on peut le faire même confinés depuis nos appartements.''

(***) Pour les peuples de la Sierre, la Terre est constituée d'une interconnexion subtile de sites sacrés reliés par des fils invisibles. Leurs grands récits parle d'une toile d'araignée, tissée à la création pour soutenir la Terre. On peut peut-être faire l'analogie avec les points d'acupuncture et les méridiens de la médecine chinoise. Il faut donc prendre soin de la nature et en particulier de ces sites spéciaux. La Sierra étant le "cœur du monde", lorsque les mamas soignent ces points, ils nous disent que c'est de la terre entière qu'ils s'occupent, pas seulement de la Sierra. Il disent aussi que si on ne fait pas ce travail, non seulement la terre va continuer à se réchauffer et à trembler, comme une malade en pleine crise de fièvre, mais que les épidémies et autres catastrophes naturelles se multiplieront. Finalement une vision qui se rapproche à la fois de l'approche orientale mais aussi des découvertes récentes de la sciences qui mettent en avant des interconnexions plus subtiles de ce que l'on pensait avant et des équilibres fragiles entre les écosystèmes.''

(1) Voir par exemple l’article et l’émission de France Inter : "En quoi la pandémie actuelle est-elle liée à l'environnement ?" (https://www.franceinter.fr/emissions/le-virus-au-carre/le-virus-au-carre-18-mars-2020)

(2) https://santamartaaldia.co/indigenas-de-la-sierra-piden-dejar-de-nombrar-el-virus-para-evitar-atraerlo/

(3) Voir la publication sur le sujet: http://blog.lasemilla.paris/post/2019/09/21/%C2%A1Semillas%21

jeudi 19 décembre 2019

Pédaler pour La Semilla / Pedaleando para La Semilla

Rien n'existe sans la pensée

Nada existe sin el pensamiento

A travers le temps et l'espace d'autres graines ont germé et nous sommes aujourd'hui heureux de vous en présenter une : "Pédaler pour La Semilla". Cette initiative, déjà en train de grandir et de se matérialiser, est portée par deux français Lise et Emeric. Ils ont entrepris un voyage en vélo depuis l'Equateur, où ils ont commencé à ressentir combien ce voyage était généreux avec eux, comment, à chaque coup de pédale qu'ils donnaient, les lieux et les personnes les accueillaient et comment sont apparues sur leur chemin des connexions avec le "cœur du Monde" (la Sierra Nevada de Santa Marta).

Y así como naturalmente han ido germinando en el tiempo y el espacio diferentes semillas, hoy tenemos el gusto de presentarles “Pedaleando por la asociación La Semilla”. Está iniciativa que hoy empieza a florecer y a materializarse, es llevada a cabo por Lise y Emeric, franceses, quienes emprendieron un viaje en bici desde Ecuador, en donde empezaron a sentir como de generoso era este viaje con ellos, en cada pedaleada que daban, como los acogió el lugar y las personas donde llegaron y como aparecieron conexiones con el corazón del mundo (la Sierra Nevada de Santa Marta).

E_et_L_en_velo.jpg

A partir de là, commencent à naître réflexions et pensées sur "le donner et le recevoir", et, en recherchant cet équilibre dans leur voyage, et avec la volonté enthousiaste de redonner d'une certaine manière l'abondance reçue pendant leur traversée, ils ont décidé de faire des recherches sur des organisations qui résonneraient avec leur idée : pédaler pour une association en lui donnant 1000 pesos (30 centimes) par kilomètre parcouru en Colombie, mettant ainsi leur énergie physique au service de cette cause. C'est de cette façon qu'ils sont arrivés jusqu'à La Semilla. En ce moment même, ils sont en train de pédaler entre Bogotá et Santa Marta où nous les retrouverons bientôt. Pour suivre de près leur histoire, vous pouvez visiter leur page Facebook.

A partir de allí comienzan a surgir reflexiones surge el pensamiento sobre "el dar y recibir”, y buscando ese equilibrio en su viaje y con el entusiasmo de retornar de alguna manera toda la abundancia que han recibido en su recorrido, decidieron indagar sobre diferentes organizaciones que resonaran con su idea: pedalear por una asociación dándole 1000 pesos (30 centimos) por kilómetro recorrido, y así poner su energía física al servicio de esta causa. Así es como llegaron a La Semilla y así es como La Semilla agradece tenerlos pedaleando al servicio de la comunidad Kogui. En este momento se encuentran haciendo el trayecto entre Bogotá y Santa Marta, donde los encontraremos. Para seguir de cerca su historia pueden visitar su perfil en Facebook.

E_et_L_Bogota.jpg

Article: Paola Rodríguez, Traduction: Stéphane Labarthe

samedi 21 septembre 2019

¡Semillas!

Cuando creamos la asociación LA SEMILLA, elegimos este nombre como una metáfora poética y conectada con la naturaleza: sembrando para generar una nueva conciencia y un cambio, haciendo una conexión con pueblos ancestrales, su cultura y su sabiduría. No pensábamos que en este camino, íbamos también a trabajar con semillas de verdad. Sin embargo, es lo que esta pasando y ya son más de dos años en los que hemos desarrollado una alianza con la asociación Kokopelli y la ingeniera agropecuaria Yuli Peláez, conocedora del tema y vicepresidentea de la fundación Entrerios.

Sembrando en el camino...

Hace casi dos años, publicamos un artículo en este Blog para contarles de un trabajo inicial sobre la importancia en la conservación de nuestras semillas. Acabamos de ser aceptados para el proyecto "Semillas sin fronteras" de la asociación Kokopelli, el más grande banco de semillas orgánicas, libres y reproducibles de Europa. Yuli venía adelantando el proyecto de apoyar la creación de redes locales de semillas para iniciar la primera red de custodios de semillas de la Sierra Nevada de Santa Marta. Los talleres de sensibilización e intercambio - empezados con campesinos y neo-campesinos del territorio - se extendieron a poblaciones indígenas de la Sierra Nevada, como una experiencia piloto en asociación con LA SEMILLA. Aquí se encuentran por ejemplo dos fotos de entrega de semillas al mama kogui Conchacalá y al mama wiwa Awimaku:

Mama_C-semillas.jpg

Mama_Aw-semillas.jpg

El mamá Awimaku esta viviendo con una pequeña comunidad wiwa y kogui en Némuga cerca de Ubate (Cundinamarca) y esta creando una huerta de plantas medicinales.

¿Porque hablar de semillas?

Con el contacto nuevo con el “mundo moderno”, se esta modificando la agricultura de los indígenas de la Sierra Nevada. Casí todas las semillas que se venden hoy son "híbridas F1 no reproducibles" (*) y a vece transgénicas, creando una dependencia a las semillas comerciales y los agro químicos, conocido también como paquete tecnológico. Esto es una consecuencia de una nueva legislación (Resolución 3168 del ICA) impulsada por el lobby de las cinco grandes multinacionales químicas (Bayer/Monsanto, Syngenta, Dupont, Dow y BASF) y genera en las comunidades perdida de semillas adaptadas al medio ambiente (erosión genética). Indirectamente esto crea también problemas de contaminación de los suelos y de las aguas.
Si bien hemos observado que los indígenas de la Sierra Nevada siguen usando principalmente semillas nativas, los pueblos y comunidades asentados en las zonas bajas están empezando en usar estas semillas comerciales. Esta problemática esta también hoy presente en la gran mayoría de los países del mundo.

Por esto es importante la creación de bancos de semillas nativas y reproducibles con una libre circulación para fortalecer la seguridad, soberanía y autonomía alimentaria de nuestros pueblos y así mismo la biodiversidad y la protección del planeta. Kokopelli trabaja con este objetivo desde hace veinte años y han creado tanto una base de conocimiento cómo el más grande banco de semillas libres, reproducibles y orgánicas de Europa. Este verano, hemos renovado con ellos nuestra adhesión al programa "Semillas sin fronteras" y nos están apoyando en nuestro proyecto.

Kokopelli-proyecto.jpg

Ir mas allá...

Esta experiencia nos permitió dar inicio a este proyecto al que queremos hoy dar una continuidad y una viabilidad, extendiendo la invitación a todas las personas y entidades que sientan una afinidad con nuestro propósito y quisieran apoyarnos y ayudarnos.

(*) Las semillas híbridas F1 son producto de procesos de hibridación que dan alto rendimiento con alta dependencia de productos químicos. Las semillas de las plantas así obtenidas (segunda generación o F2) no dan un buen rendimiento (malformaciones, baja productividad, etc.) obligando al agricultor a comprar semillas cada año.

- page 1 de 4